Mercredi 14 janvier 3 14 /01 /Jan 14:19

Comment les Grands Magasins ont-ils évolué de leur naissance à l'heure actuelle ?


I. L'émergence des Grands Magasins au milieu du XIXe siècle:

a) Le contexte historique

b) La perception de Zola

II.L'évolution des Grands Magasins au cours du XXe siècle:


a) Une période historique favorable au développement des Grands Magasins
b) L'évolution par les affiches


III. Les Grands Magasins dans la société contemporaine:

a) Que sont Les grands Magasins aujourd'hui?
b) L'influence des Grands Magasins sur la société contemporaine:

La Façade du Printemps


 Au magasin du Printemps

I. L'émergence des Grands Magasins au milieu du XIXe siècle:


a) Le contexte historique :

      Les grands magasins sont nés sous le Second Empire notamment grâce aux révolutions industrielles. Ils se caractérisent par une architecture emblématique des rénovations du baron Haussmann à Paris au XIXe siècle, ce qui leur a valu le nom de "cathédrales du commerce moderne".En outre, les Grands Magasins ont offert un important contraste avec les petits boutiques qui leur ont précédés. En effet, ils ont révolutionné le commerce à travers :
-l'entrée libre,
-le droit d'entrer sans acheter,
-les prix fixes plutôt que les marchandages,
-les ventes à petits bénéfices pour gonfler les ventes,
-l'acceptation des "rendus" qui préfigurent la garantie sur les produits,
-un choix très large,
-la mise en place des livraisons à domicile.
     Emile Zola dans son roman Au Bonheur des Dames fait le portrait d'un de ces grands magasins au XIXe siècle, qui mettent en oeuvre les nouvelles techniques commerciales.


"Le palais était construit, le temple élevé à la folie dépensière de la mode. Il dominait, il couvrait un quartier de son ombre." Zola

" Cependant, les magasins vivaient, du monde assiégeait les ascenseurs, on s' écrasait au buffet et au salon de lecture, tout un peuple voyageait au milieu de ces espaces couverts de neige." Zola

"Elle ne résistait pas au bon marché, qu'elle achetait sans besoin, quand elle croyait conclureune affaire avantageuse; et, sur cette observation, il basait son système des diminutions de prix, il baissait progressivement les articles non vendus, préférant les vendre à perte, fidèle au principe du renouvellement rapide des marchandises." Zola

"Maintenant, les rendus et la baisse des prix entraient dans le fonctionnement classique du nouveau commerce." Zola


Le Baron Haussmann


 

b) La perception de Zola

A) Du roman à la réalité
Au Bonheur des Dames apparaît pour la première fois dans Pot-Bouille. C'est un magasin de nouveautés que rien ne distingue d' autres magasins du quartier sinon la présence d' un vendeur aimable qui fait des rêves d agrandissement pour la petite boutique de Mme Hédouin. Ce jeune homme très actif, Octave Mouret, est prédestiné par Zola depuis 1871, à devenir le héros d' un roman sur le haut commerce. Le Vieil Elbeuf, dont la propriétaire est Baudu, ancien commis qui pense à donner sa fille Geneviève à son employé Colomban, comme lui-même a obtenu de son patron la main de sa femme.
Les Grands Magasins modernes, en effet, n'existent guère que depuis une trentaine d' années quand le romancier se met à écrire son roman. C'est donc un sujet neuf qui s'offre à un auteur voulant montrer les aspects nouveaux d' une époque qu'il sent en pleine évolution.
Mouret a de la chance d' arriver à Paris au moment où la ville fait "peau neuve", du moins rues neuves au moment ou sont tracées sous l' impulsion d' Haussmann, de larges avenues qui désenclavent les différents quartiers.
Les grands objets d'études du roman sont : L'univers des objets , la commercialisation du désir, la violence des instincts, ainsi que le rôle fondamental des personnages principaux, Denise, Octave Mouret, le Bonheur des Dames lui-même, mais également secondaires, les clientes et les boutiquiers.
Comme à l' accoutumée, le romancier allait associer les deux démarches essentielles de son travail créateur, la confection d' une Ébauche, et la recherche d' une documentation. Après l' Ébauche, le Dossier préparatoire, comprends "Notes sur le Bon Marché", des "Notes sur le magasin du Louvre", des fiches sur les personnages, des plans de chapitres, des extraits de catalogue, des dessins de rues et des descriptions de façades des tableaux documentaires sur l' expansion des Grands Magasins qui ont été utilisés par le romancier.


" Tous n' avaient qu' une idée fixe : déloger le camarade au-dessus de soi pour monter d' un échelon, le manger s'il devenait un obstacle." Zola

 
"Je veux dans Au Bonheur des Dames faire le poème de l' activité moderne. Donc changement complet de philosophie : plus de pessimisme d'abord, ne pas conclure à la bêtise et à la mélancolie de la vie […]. En un mot, aller avec la siècle, qui est un siècle d' action et de conquête." Zola

B) Analyse de texte

"– Eh ! dit enfin Mouret, quand il put parler, on vend ce qu’on veut, lorsqu’on sait vendre ! Notre triomphe est là."
Alors, avec sa verve provençale, en phrases chaudes qui évoquaient les images, il montra le nouveau commerce à l’œuvre. Ce fut d’abord la puissance décuplée de l’entassement, toutes les marchandises accumulées sur un point, se soutenant et se poussant ; jamais de chômage ; toujours l’article de la saison était là ; et, de comptoir en comptoir, la cliente se trouvait prise, achetait ici l’étoffe, plus loin le fil, ailleurs le manteau, s’habillait, puis tombait dans des rencontres imprévues, cédait au besoin de l’inutile et du joli. Ensuite, il célébra la marque en chiffres connus. La grande révolution des nouveautés partait de cette trouvaille. Si l’ancien commerce, le petit commerce agonisait, c’était qu’il ne pouvait soutenir la lutte des bas prix, engagée par la marque. Maintenant, la concurrence avait lieu sous les yeux mêmes du public, une promenade aux étalages établissait les prix, chaque magasin baissait, se contentait du plus léger bénéfice possible ; aucune tricherie, pas de coup de fortune longtemps médité sur un tissu vendu le double de sa valeur, mais des opérations courantes, un tant pour cent régulier prélevé sur tous les articles, la fortune mise dans le bon fonctionnement d’une vente, d’autant plus large qu’elle se faisait au grand jour. N’était-ce pas une création étonnante ? Elle bouleversait le marché, elle transformait Paris, car elle était faite de la chair et du sang de la femme.
"– J’ai la femme, je me fiche du reste ! dit-il dans un aveu brutal, que la passion lui arracha."



II.L'évolution des Grands Magasins au cours du XXe siècle:

a) Une période historique favorable aux développement des grands magasins:




Grâce aux révolutions industrielles, le secteur tertiaire se développe fortement avec l'augmentation des échanges, facilitées par la multiplication des moyens de transport.
Le développement des grands magasins est remarquable à travers différents éléments notamment les mesures sociales et économiques prises pour améliorer le fonctionnement de ces grands commerces . Elles touchent le personnel et la clientèle des grands magasins.
Le Printemps est un des plus important commerce national, il représente donc un modèle de leur expention au cours du XXème siècle.
Le Grand Bazar est un parfait exemple de développement d'un grand magasin lyonnais.
Son évolution est visible principalement sur le plan commercial. Elle vise à améliorer la structure d'accueil et surtout la capacité de vente du magasin. Durant la 1ère guerre mondiale, le Grand Bazar prend un rang d'institution nationale.
Les grands magasins ont su attiré leur clientèle notamment grâce aux affiches qui ont beaucoup évolué depuis le XXème siècle.


" Ensuite, les galeries s’enfonçaient, dans une blancheur éclatante, une échappée boréale, toute une contrée de neige, déroulant l’infini des steppes tendues d’hermine, l’entassement des glaciers allumés sous le soleil." Zola

"Elle plongeait les mains dans ce flot montant de guipures, de malines, de valenciennes, de chantilly, les doigts tremblants de désir, le visage peu à peu chauffé d'une joie sensuelle." Zola

b) L'évolution par les affiches


La grande époque de l'affiche publicitaire commence à partir de 1890 et il n'est pas surprenant, dans cette période qui la précède, de constater parfois une certaine rivalité entre le texte et l'image ou bien des slogans qui frôlent l'exagération. L'objectif des magasins est de se différencier de la concurrence vive en cette fin de siècle, ainsi s'expliquent les très fréquentes mentions d'expositions, d'agrandissements, d'inaugurations pour renouveler sans cesse la curiosité du public.
Par ailleurs, Les cartes publicitaires pour les grands magasins au XIXe siècle représentent essentiellement l’architecture des commerces. La perspective permet de donner une impression de longueur, d’ampleur; En outre, les façades des grands magasins se caractérisent par l’opulence des ornements et des décoration, ce qui participe a attirer la clientèle. A cette époque les affiches semblent concerné uniquement les milieux sociaux les plus élevés, alors que la publicité actuelle implique toutes classes sociales.

" Le Bonheur des Dames sautait aux yeux du monde entier, envahissait les murailles, les journaux, jusqu' aux rideaux des théâtres." Zola

" La grande puissance était surtout la publicité. Mouret en arrivait à dépenser par an trois cent mille francs de catalogues, d'annonces et d'affiches. Pour sa mise en vente de nouveautés d'été, il avait lançé deux cent mille catalogues, dont cinquante mille à l'étranger, traduits dans toutes les langues.Maintenant, il les faisait illustrer de gravures, il les accompagnait même d'échantillons, collés sur les feuilles."

En 1990, le Printemps focalise sa campagne publicitaire sur les jambes/
Des jambes oui mais quelles jambes : 1m05 pour 1m90, un poids d’ensemble de 56 kilos! Pourquoi des jambes? Le concept des jambes permet de se prêter à de nombreuses interprétations et d’interpeller toutes les femmes sans distinctions. Pour annoncer la fête du 125ème anniversaire, les jambes vont s’habiller d’aériennes mousselines bleues, s’envelopper d’imprimé zèbres ou léopards pour parler du monde qui bouge. Pour les soldes la multiplicité et la variété des jambes nous entraîne d’un pas décidé vers les bonnes affaires. Elles vont au printemps parce qu’il pense être adapté à leurs besoins, à leurs envies du moment. Symbole de l’élégance et de la féminité, cette image de deux jambes sans corps possèdent un coté impertinent."






  


III. Les Grands Magasins dans la société contemporaine:


a) Que sont Les grands Magasins aujourd'hui?

La définition donnée par l’Association Internationale des Grands Magasins (AIGM) décrit les grands magasins comme des surfaces de plus de 2 500 m2 et disposant d’un assortiment large et profond dans différentes familles de produits. Ils sont généralement implantés dans les centres villes et s’étendent sur plusieurs étages. Des différences apparaissent entre grands magasins selon leur localisation et les entreprises qui les exploitent.





La stratégie de positionnement varie selon les enseignes, leur localisation et la concurrence face à laquelle des grands magasins ont dû faire face. Leur positionnement peut se définir autour de 2 axes principaux : l’assortiment et le prix.


Compte rendu du rendez-vous avec Mr Alain de Campigneulles, coordinateur commercial du Printemps Lyon:

Les grandes valeurs du Printemps sont de, proposer la meilleure offre possible grâce aux exclusivités et d' entretenir une relation privilégiée avec le client dans l’objectif de faire en sorte que le Printemps devienne LE Grand Magasin de référence et mondialement, le plus grand.

 

Nous avons interrogé le coordinateur commercial notamment à propos de l'impact des sites marchands sur internet, des grands piliers de la publicité du Printemps ainsi que de la répartition des différents magasins du Printemps et de la place prépondérante du Printemps Haussmanien.





Alain DE CAMPIGNEULLES (coordinateur commercial au Printemps)


b) L'influence des Grands Magasins sur la société contemporaine:

Aujourd'hui les grands magasins attirent de plus en plus de clients issus de toutes les catégories sociales. En effet les grands magasins sont des temples de la consommation qui depend de la clientèle qu'ils doivent satisfaire afin de la fidéliser. C'est pourquoi les grands magasins proposent à leur clients un confort optimal au sein de leur enseigne, ainsi qu'une diversité de la gamme d'articles, en adaptant une politique de vente rentable.

 

     



Par TPE Les Grands Magasins
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus